Platre original du buste du Docteur Denance par Charles Desvergnes (Greniers du Chateau de Bellegarde)

Hommage au Docteur Camille Denance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Statue du Docteur Camille Denance - 1908

 

L’inauguration du Monument du docteur Denance. (20 avril 1908)

Lundi, par un temps neigeux et triste à faire pleurer, la ville de Varennes levait à son ancien maire, M. le docteur Denance, un monument, le monument de la reconnaissance et du souvenir.
Le buste en bronze, très ressemblant a été exécuté par le sculpteur est M. Charles DESVERGNES de Bellegarde, bien connu dans le Loiret;
Le piédestal supportant le buste est composé d'une base ornée de quatre consoles et surmontée d'une stèle, le tout est en granit de Vire, il est l'œuvre de l’architecte, M. Georges Lecharme , un jeune homme , de grand avenir ancien élève de l'école nationale des Beaux-arts et fils de M Louis Le Charme Maitre Maçon et maire de Pressigny les Pins entre 1900 et 1905...
La maçonnerie fut exécutée par M Lecharme père; la grille qui entoure le monument sort des ateliers de MM Lemoine e Toulmet de Montargis, l'ensemble a couté près de 5,000 francs.
Beaucoup de monde, malgré le mauvais temps et l'absence de personnages officiels. Sur l’estrade, lors de la remise du monument, des discours très applaudis ont été prononcés par MM. Brécy, maire; Besville, au nom du comité du monument ; le docteur Souesme, au nom de M. le docteur Pilate, de la Ligue contre la tuberculose; le docteur Lambry, au nom du corps médical du Loiret;
Maljean, secrétaire du comice agricole et horticole. Une couronne fut portée au cimetière, sur la tombe du regretté docteur. Au banquet, à 5 heures, salle de l’école de filles, un toast a été porté par
Mr Henri Prochasson...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un second buste fut inauguré le 8 mai 1949

Les Allemands ont emmené le buste en bronze durant la dernière guerre en 1942 pour le fondre. Un moulage de la statue ayant été effectué par précaution 
(Conseil Municipal du 6 septembre 1942:  970 francs montant du moulage en plâtre par M Guéprotte Lucien artisan mouleur demeurant à Orléans)
Une nouvelle s
tatue en pierre et plâtre mélangés l'a remplacée.
Ce second buste fut inauguré le 8 mai 1949 par le Dr Pol Gourand (maire de 1945 à 1971)
 
Discours prononcé par Louis VARENNES 1
le 8 mai 1949 à l’inauguration du buste du docteur Camille Denance (Extrait...)
...Le 20 avril 1908, le lundi de Pâques, notre chère commune érigeait un monument à la mémoire de son maire Mr Le docteur Denance décédé un an plus tôt le 30 juin 1907  A l’âge de 54 ans. Pourquoi faut-il qu’aujourd’hui à plus de 41 ans d’intervalle La même cérémonie se renouvelle ?
Tout
le monde le sait, les innombrables ravages causés par la guerre n'ont pas épargnés les statues de nos villes et de nos villages de  France et la pacifique figure du docteur Denance a rejoint ses sœurs dans les brasiers des usines allemandes pour devenir peut-être un morceau de canon.
Varennes a subi la rage au cœur, l'affront que lui imposait l'occupant mais avec la résolution de réparer le dégât dès que se lèveraient des jours meilleurs et elle prit immédiatement dans ce but la sage précaution d'un moulage de la Statue.
C'est que notre commune entend conserver fidèlement la mémoire du grand homme de bien qui l’a servie et honorée pendant de longues années et, dans un unanime élan une souscription fut ouverte et couverte en quelques semaines pour l'érection d'un nouveau buste
...

Références:
1.
Louis, Alfred, Patrice VARENNES (°17/03/1891  †06/06/1974) Conseiller municipal, Président  de l'association locale des anciens combattants de 1914-1918 .
Chevalier de la Légion d'Honneur à titre militaire par décret, publié au Journal Officiel du 21 décembre 1952,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Changy soutient l'action du docteur Camille Denance.

1899 - Le conseil après lecture de la lettre du président de la ligue contre la tuberculose désire s'associer au but humanitaire et patriote poursuivit par la ligue de défense contre la tuberculose dans le Loiret, considérant que le sacrifice que la commune s'imposera, sera sans aucun doute compensé dans l'avenir prochain par une diminution des charges d'assistance médicale gratuite en raison des ressources que couvrira le Sanatorium pour le traitement des tuberculoses. la commune ne peut rester en dehors de l'élan de générosité qui s'est manifesté à cet égard parmi la population et vote une subvention annuel de 20 francs.

Extrait de l'Echo des Loges n° 17
La statue du Docteur Denance vandalisée - 11 avril 2010

Le maire Jean-Marie CHARENTON est scandalisé, dans la nuit de samedi à dimanche, profitant de l'animation qui régnait sur la fête foraine voisine, des individus , sans doute éméchés, ont escaladé et finalement fait tomber la statue du docteur Denance, brisée, la tête était désolidarisée du buste ...

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Monument au docteur Denance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Varennes-Changy

Début

Retour

Camille Ernest Denance (º1852  †1907)

Ligue contre la tuberculose dans le département du Loiret La Ligue vient de faire une grande perte dans la personne de M. le docteur Denance, de Varennes. C'est lui, en effet, qui, le premier, a eu l'idée de fonder  dans notre département une œuvre destinée à combattre la tuberculose. Il en fut le promoteur en 1896.
Emu des ravages que causait dans notre région cette terrible maladie, il proposa alors à la Société de médecine du Loiret d’organiser énergiquement la lutte contre ce redoutable fléau. La Société de médecine accueillit avec empressement sa généreuse inspiration et nomma un comité d’étude. Quelques semaines après ce comité posait les bases d une association, qui fut définitivement réalisée en 1898, puis reconnue plus tard d’utilité publique. De là sortit le sanatorium du Loiret (à Chécy). Sa création est donc en réalité l’œuvre de M. le docteur Denance dont nous déplorons aujourd'hui la perte. Nos regrets seront certainement partagés par tons ceux qui ont déjà profité des        bienfaits de cet établissement, qui rend chaque jour tant de services aux malheureux. C'est là un titre impérissable à leur reconnaissance.

Journal du Loiret 4 juillet 1907